→ SCÈNES

LES FELUETTES

Par la Compagnie Naceo

DU 28 AU 30 AOÛT 2015

• MAXIM THEATER



Quand : vendredi 28, samedi 29 août à 20:00 et le dimanche 30 août à 17h00

Où : Theatre Maxim (Ausstellungsstrasse 100) Arrêt Limatplatz (Tram 4, 13, 17)

http://www.maximtheater.ch/index.php?id=35

Durée : 1h40

Comédiens : Axel Arnault, Sébastien Pruvost, Rouslan Kats, Hubert Bolduc, Denis Rolland, Laurent Mère, Sebastian Bossero, Laurent Batiste, Simon Guiriec

Assistance à la mise en scène : Orianne Hooh

Réservations:


FELUETTES

 

 

 


La compagnie Nacéo présentera «Les Feluettes» de l'auteur québécois Michel Marc Bouchard  les vendredi 28, samedi 29 à 20h00 et dimanche 30 aout à 17h00 au théâtre MaxiM de Zurich (Limmatplatz).

Neuf comédiens venus de Paris, Québec, Kiev et Zurich sont sur scène. Cette pièce majeure du repertoire canadien sera aussi jouée 32 fois à Paris au théâtre Clavel en Septembre et Octobre 2015. Elle est déjà récipiendaire de nombreux prix et reconnaissances artistiques.

Résumé - En 1952, des prisonniers, sous la direction du Vieux Simon, séquestrent l'évêque Jean Bilodeau pour lui jouer des évènements ayant eu lieu en 1912, alors que Simon et Bilodeau étudiaient au Collège Saint-Sébastien de Roberval, où Simon était amoureux du jeune comte Vallier de Tilly. Le spectacle des prisonniers, qui racontent les amours troublées de Vallier et Simon ainsi que les tentatives de Bilodeau pour s'immiscer entre eux, a pour but de faire avouer à Monseigneur Bilodeau  les véritables circonstances de la mort violente de Vallier pour laquelle Simon est injustement condamné.

Réservations à effectuer par email
 
Facebook
www.facebook.com/events/410657292440335/

NOTRE AVIS:
Amours interdites et contrariées menant à la mort, frustration et perversion, la mise en scène rend bien l'atmosphère lourde et brute de ce drame passionnel. Malgré son titre évoquant des oiseaux délicats et fluets, la pièce «Les feluettes» a quelque chose de sauvage, de grave et fort: les oiseaux sont en cage, du pensionnat à la prison. Enfermés dans des principes, mais aussi la proie de jalousies et de rancoeurs, les acteurs nous montrent le prix de la liberté. Sans décor, ce sont les corps qui habitent l'espace et le font vivre. Mon petit faible? La Comtesse, personnage touchant, avec ses envolées imaginaires et libératrices. Je réserve une place à ses côtés pour le dîner dans son manoir! SCZ 04/09/2015