→ LIVRES /IDÉES

HELEN KELLER

Docteur Honoris Causa et beaucoup plus encore

LES 14 ET 15 NOVEMBE 2018

• UNIVERSITÉ DE FRIBOURG



Le 14 novembre 2018 à 17h15: conférence publique intitulée "Dissenting Opinions am Bundesgericht? Transparenz vs. richterliche Unabhängigkeit"

OU:
Uni Fribourg, Miséricorde, Auditorium A

Le 15 novembre: Titre décerné à Madame Keller

Infos: https://www3.unifr.ch




 

 

 


La Faculté de droit de l’Université de Fribourg remet cette année le titre de Docteur honoris causa à Madame la Professeure Helen Keller.

Madame Keller est professeure de droit constitutionnel, droit européen et droit international ainsi que de droit constitutionnel comparé à l’Université de Zurich et juge à plein temps à la Cour européenne des droits de l’homme à Strasbourg.

Cette reconnaissance lui est attribuée pour son apport scientifique remarquable ainsi que sa contribution exceptionnelle au lien entre la recherche et la pratique dans le domaine des droits de l'homme.

Le titre de Docteur honoris causa lui sera remis le 15 novembre 2018 lors du Dies Academicus.

------
Le 2 novembre au soir, Helen Keller était au Kosmos à Zurich pour une conférence publique sur le rôle de la Cour européenne des droits de l'homme et son travail en son sein. Nous avons pu admirer la clarté de ses propos et leur justesse.

Elue il y a 7 ans à la Cour européenne des droits de l'homme, elle doit donc y sièger encore 2 ans. Elle nous a rappelé que 47 pays européens siégaient à Strasbourg (pas la Biélorussie qui connaît encore la peine de mort ni le Vatican...), que ce tribunal avait été créé après les horreurs de la seconde guerre mondiale. Que la Suisse en faisait partie depuis quelques décennies déjà (la Suisse a dit oui en 1963, la signature a eu lieu en 1972, une fois que les femmes suisses ont obtenu le droit de vote, et la ratification,  ... s'est faite en 1974). Que chaque citoyen européen peut saisir la Cour en cas de violation des droits de l'homme dans son pays. La requête se fait par internet dans toutes les langues et elle est gratuite!

Et le matin du 2? Elle était dans un gymnase du canton...

Si l'initiative d'autodétermination lancée par l'UDC était acceptée le 25 novembre, non seulement les arrêts de la Cour de Strasbourg n'aurait plus de valeur contraignante en Suisse, mais cela serait surtout un signal désastreux pour le reste du monde. Ses collègues à Strasbourg, hochent la tête sans comprendre. Comment un pays qui n'a pas de problème comme le nôtre peut avoir une telle idée?