→ CINÉMA

DIE VIERTE GEWALT

Les médias suisses en question

A PARTIR DU 8 FÉVRIER 2018

• DANS LES SALLES



Un film suisse de Dieter Fahrer, 2018, 100'

Des avants-premières: par exemple à Zurich au Riffraff, le 6 février à 20h40, mais aussi les 9 et 10 février à 18h.
Voir sur le site du film les autres rendez-vous: www.dieviertegewalt.ch



DIE VIERTE gEWALT

Un film d'actualité accompagné de nombreuses discussions lors des projections en salles.

 

 


DESTIN CROISÉ DE QUATRE MÉDIAS
Le film de Dieter Fahrer décrit le destin croisé de quatre types de médias: les médias traditionnels sur le déclin, radio publique et presse quotidienne et deux nouveaux venus, dont le fonctionnement est rendu possible grâce à Internet. 

C'est en effet Internet qui a changé la donne du journalisme: cela a provoqué l'effondrement des modèles commerciaux traditionnels, modifié les comportements de lecture. Désormais, les informations sont accessibles gratuitement, partout et à tout moment. 

QUATRE MÉDIAS différents apparaissent dans le documentaire. LE BUND d'abord, qui se sent tenu au journalisme de qualité, malgré les recettes publicitaires et les ventes qui baissent. On craint un resserrement des effectifs et on assiste à une diminution de l'espace de travail. Plus de place pour les archives, une matière première essentielle pour le journalisme d'investigation ou de qualité. Le réalisateur accompagne  des journalistes dans leur quotidien, il voit combien certains doivent lutter pour continuer à faire leur travail. 

Chez «ECHO DER ZEIT» aussi, l'une des émissions phares de la radio suisse alémanique en matière d'information, l'ambiance est morose et l'on sent planer des nuages sombres à l'horizon, et ce surtout si l'initiative No Billag est adoptée. Le plus optimiste est le portail en ligne «WATSON», financé par la publicité et qui fait à la fois de l'information et du divertissement. Puisqu'il s'est mmême exporté en Allemagne.

Quant à la toute jeune «REPUBLIK», née courant janvier 2018, et donc encore dans les préparatifs lors du tournage, elle n'existe qu'en ligne et sans publicité. Son équipe s'est fixé pour objectif de garantir un journalisme de qualité. Il est encore trop tôt pour juger. Mais le succès de son financement participatif montre que les attentes des lecteurs sont patentes et qu'il existe pour certains un besoin de renouvellement du journalisme.

UN INSTANTANÉ ET UN MESSAGE PERSONNEL
Le documentaire de Dieter Fahrer est à la fois un instantané du paysage médiatique suisse en 2017, mais aussi un message très personnel adressé à ses parents. C'est sur leur déménagement en maison de retraite que le film s'ouvre et leur comportement de lecteurs attachés à leur quotidien ponctue le film en lui donnant une touche de nostalgie. C'est le journal qui les relient au monde chaque jour, ce sont les articles découpés et ayant servi de base à de jolis dessins à l'encre de chine qui les relient au passé. C'est sur le journal qu'on épluche les carottes...

Mais le titre est peut-être un peu mal choisi, car il ne s'agit pas tant du pouvoir des médias en démocratie que de leur place dans une société où l'information circule d'abord par le net en continu. Puisque tous, nous utilisons Internet au quotidien, en oubliant parfois qu'Intrenet se sert aussi de nous!

(SCZ 24/02/2018)