→ ART/MUSÉES

QUESTIONS À ANDREAS SPILLMANN, DIRECTEUR DU MUSÉE NATIONAL

Landesmuseum 280L'agrandissement du Musée avec vue sur le parc de Platzspitz - © Musée national suisse

imagine 68
L'EXPO SUR 1968: Révolte–rébellion–révolution
La résistance traverse le monde, prenant des visages différents. En Suisse, elle se cristallise dans l’émeute du Globus en 1968...

fotodubochet 280
Jacques Dubochet, Prix Nobel de Chimie 2017,  est le prochain invité mardi 6 novembre 2018

 

 


DÉBATTRE DES GRANDS SUJETS CONTEMPORAINS -  PROCHAIN INVITÉ: JACQUES DUBOCHET

Texte: Sandrine Charlot Zinsli


MUSÉE NATIONAL
Museumstrasse 2
CH-8001 Zurich
Tél.:  +41 (0)44 218 65 11
www.nationalmuseum.ch

L'exposition consacrée «Imagine 68, le spectacle de la révolution» dure jusqu'au 20 janvier 2019:  Plus d'infos

Prochaine RENCONTRE DU MARDI EN FRANCAIS le 6 novembre 2018:
JACQUES DUBOCHET: «Comment la science peut-elle rendre la société meilleure?»
Plus d'infos


→ PRINT


Andreas Spillmann est à la tête des Musées nationaux suisses. L'entité comprend le Musée national de Zurich, le château de Prangins, le Forum de l'histoire suisse à Schwyz et le Centre des collections à Affoltern am Albis


SCZ: Vous dirigez le Musée national depuis plus de dix ans. Quelle est la mission principale de votre musée?

AS: Au Musée national, nous sommes chargés de documenter l’histoire et d’engager une discussion sur l’identité ou plutôt les identités suisses. Personnellement, l’essentiel est pour moi de créer un échange entre le public et le musée par l’intermédiaire des commissaires d’exposition. Il faut faire naître une forme de discussion. Ainsi, dans l’exposition actuelle consacrée à 1968, les commissaires d’exposition Juri Steiner et Stefan Zweifel proposent leur propre regard – un regard d’enfant - sur 1968. L’exposition est organisée de façon associative et non chronologique, elle permet de se plonger dans l’atmosphère culturelle de l’époque sans l’enjoliver, avec une certaine naïveté.

SCZ: La carte annuelle coûte 35 francs pour les adultes et 25 francs pour les jeunes. C’est très bon marché. Pourquoi cette politique des prix?

AS: Nous sommes un Musée national, une institution en lien avec l’éducation, il est important pour nous que nous restions accessibles à tous et donc, que nos prix soient modérés.

SCZ: Pourquoi avoir lancé une série de discussions du mardi en français et combien de rencontres prévoyez-vous par an?

AS: Depuis la rénovation et l’agrandissement du Musée, nous avons des espaces supplémentaires, notamment un bel auditorium qui permet d’organiser des débats liés aux thèmes des expositions. Assez rapidement, nous avons souhaité développer aussi une série de discussions et de rencontres sur de grands sujets contemporains. Nous avons commencé en allemand avec différents partenaires, comme la NZZ ou le Tages-Anzeiger. Ces discussions, c’était pour nous une façon de faire un pont entre le musée et ses visiteurs, mais aussi les journaux et leurs lecteurs. Assez naturellement, l’envie est née de proposer la même chose en français, avec un partenaire média qui assure la modération et choisit avec nous les thèmes abordés. Pour le moment, nous pensons à trois rencontres de ce type par année, mais cela peut encore évoluer. La prochaine rencontre aura lieu le 6 novembre 2018 et nous aurons la chance de recevoir Jacques Dubochet, professeur émérite à l’Université de Lausanne et qui s’est vu décerné en décembre dernier le Prix Nobel de Chimie. (03/10/2018)