→ CINÉMA

DERRIÈRE LE RIDEAU DE L'OPÉRA DE PARIS

08 operadeparisUne ruche? Une fourmilière? Une entreprise collective au service de la création? Un peu de tout cela pour former un univers assez magique12 operadeparisToujours un jeu entre ceux qui sont dans l'ombre et ceux qui sont dans la lumière... Sur scène et en coulisse... Celle qui danse et celle qui tient la bouteille d'eau... Pas les uns sans les autres.03 operadeparisComment reprendre son souffle, cesser de trembler et retrouver le sol après s'être élancée seule au-dessus de la scène et sous le feu des lumières et des applaudissements? Comment physiquement se retrouver?06 operadeparis une couleursUn groupe d'enfants vient régulièrement répéter pendant trois ans. Un projet soutenu par le mécenat mais qui relève des missions du service public... Au bout de l'effort? Le concert! Le plaisir de la musique...
04 operadeparis 280Easy Rider l'a remporté au casting contre Fiasco. Il doit s'habituer à la scène... et les musiciens et chanteurs... oublier leurs cauchemars de foulards rouges qu'on agite...
02 operadeparis
On croise ou suit Philippe Jordan (ici), le directeur Stéphane Lisner, le jeune chanteur Mischa Timoschenko, Benjamin Millepied...


UN DOCUMENTAIRE SOMPTUEUX

Texte: Sandrine Charlot Zinsli


Le film documentaire de Jean-Stéphane Bron sur l'Opéra de Paris sort en Suisse alémanique le 8 juin 2017.

Du 1er au 7 juin, il est présenté en avant-première au Lunchkino, à 12h15, au cinéma Le Paris, à Zurich.

Spéciale: Mercredi 7, en présence du réalisateur.

2017, F/CH, 110' - En français avec sous-titres


→ PRINT


COMPOSITION SOIGNÉE
Il y a quelque chose de somptueux dans le dernier documentaire de Jean-Stéphane Bron (L'expérience  Blocher, Cleveland contre Wall Street, Mon frère se marie....). Est-ce dû au souci du détail, à la finesse du regard sur toutes ces personnes et leurs activités respectives qui font la vie d'un opéra? Cela provient-il de la composition générale, de l'image soignée, du rôle central de la musique ou de l'humanité incroyable qui s'en dégage?

SUEUR, RESPIRATION, TREMBLEMENTS
Pendant plus d'un an, le réalisateur a regardé, décrypté et filmé. Il s'est coulé dans le décor en y plantant son regard qui perce les mécanismes. S'il a mis l'accent sur  quelques personnes, c'était pour mieux saisir le mouvement collectif. 
Transmission, négociation, admiration, apprentissage, mais aussi sueur, manque d'air, résistance, douleurs, on découvre l'opéra comme une entreprise à fort caractère humain, avec des intérêts parfois conflictuels mais toujours tendus vers un même résultat: une création réussie et qui transporte le public dans le monde magique de la musique et du récit.

WORDING ET ENJEUX
Le film débute sur un drapeau qu'on hisse dans le ciel de Paris et enchaîne aussitôt sur la première réunion de direction du tout nouveau directeur. Quels mots choisir pour se présenter à l'extérieur? Quelles sont les priorités dans un contexte de restrictions budgétaires? On passe derrière les portes pour entrer dans les bureaux, les ateliers, les salles de répétitions. On suit Micha, le jeune russe venu d'une petite ville de l'Oural, qui fait une audition puis d'incroyables progrès. On guette le sourire de la mécène et son attendrissement, lorsque des enfants d'une zep s'appliquent sur leur instrument et prennent de plus en plus plaisir aux répétitions. La mécène - née près du Lac de Constance - est touchante, mais elle agace aussi un peu, par sa présence un peu trop soulignée. L'opéra est au centre d'enjeux multiples, notamment l'égalité d'accès à la culture, mais les revendications salariales et les mouvements sociaux, les attaques terroristes n'y sont pas absents. 

UN TAUREAU D'OR
L'humour est souvent là, qui guette le moment de se faufiler entre tension, travail et concentration.  «Fiasco» contre «Easy rider»? C'est le second qui gagne le casting du taureau le plus musculeux, c'est donc lui qui sera sur scène dans l'opéra de Schönberg, «Moïse et Aaron». Pour le préparer, on le baigne régulièrement, on lui fait écouter les morceaux, on l'habitue à la scène. Et c'est la bouche ouverte que le dresseur assiste à la première. Son taureau d'or, aspergé de pétrole, crève la scène.

ENTRER DANS LA MAGIE
Bouche ouverte, yeux écarquillés ou un peu humides parfois, en humbles spectateurs que nous sommes, pas forcément amateurs éclairés ni grands connaisseurs, nous entrons dans les coulisses et suivons comme une ombre tout ce qui se trame, se décide et se crée. Nous faisons à notre manière pendant quelques temps, nous aussi, partie de ce tout et de cette incroyable magie.

(SCZ 18/5/2018)