→ SCÈNES

LE THEATER SPEKTAKEL 2017

csm FRAEULEIN 2 B100 1366eb45f3Anne-Cécile Vandalem fait survivre sur l’île «Tristesses» des citoyens devenus pions des courants d’extrême-droite.

csm REBETEZ 1 B100 2b43434290Eugénie Rebetez, brillante jongleuse de son propre corps, est de retour avec «Bienvenue».csm MROUE 1 B175 b7d7fdefe8Rima Khcheiche associée au talentueux Rabih Mroué pour mettre en note les souvenirs du Liban...
csm BETES 1 B100 2f9672d629 UNE COULEURS
Et aussi des spectacles pour toute la famille comme ici, Bêtes de foires, un petit théâtre de gestes...


THEATER SPEKTAKEL, EN SUSPENS D'UNE SCÈNE À L'AUTRE

Texte: Anne Fournier


Du 17 août au 3 septembre 2017

www.theaterspektakel.ch


→ PRINT


Comment raconter le monde sans repères d’aujourd’hui? Y a-t-il toujours une place pour l’art du conte si nécessaire à la figure humaine? A-t-on encore la grandeur de nos souvenirs? Tout semble en suspens pour cette nouvelle édition du Theater Spektakel.

Chaque été, ce festival aux airs de kermesse vient chatouiller voire bousculer nos certitudes. Et chaque été ou presque, on se dit qu’il n’est de plus douce façon de grandir. Le rendez-vous zurichois des arts de la scène narre des mondes inconnus, narre des mondes invisibles, narre des mondes cachés.

Cirque, théâtre, danse, un peu de Belgique, beaucoup d’Afrique, un zeste de suissitude: les langages se frottent, les frontières s’estompent. Tout simplement se réunir pour s’émerveiller, s’étonner, voire s’emporter. A chaque édition, le Theater Spektakel insuffle l’élan d’un recommencement. Et si on réinventait le monde?

Le décor: le Landiwiese, avec des scènes et des chapiteaux presque en équilibre sur le lac

Le temps: trois semaines, du matin au soir, en variant les rythmes, les pauses et les silences

2017 signifie une ultime signature du directeur artistique Sandro Lunin, à la barre depuis bientôt dix ans, soucieux d’ouvrir les entrailles d’autres continents, mais aussi de sonder celles parfois dérangeantes de l’Europe.

Ainsi en est-il lorsque la Belge Anne-Cécile Vandalem fait survivre sur l’île «Tristesses» des citoyens devenus pions des courants d’extrême-droite. Ou lorsque le Hongrois Kornél Mundruczo tisse dans un même appartement les fils du bien et du mal autour d’un jeune Rom.

Clin d’œil ou hasard de programmation, promesse d’un nouvel ailleurs, Sandro Lunin a aussi convoqué beaucoup de femmes. Femmes metteuses en scène, femmes musiciennes – notamment avec Rima Khcheiche associée au talentueux Rabih Mroué pour mettre en note les souvenirs du Liban – femmes suisses et  multiples aussi.

Eugénie Rebetez, brillante jongleuse de son propre corps, est de retour avec «Bienvenue». Après  «Gina» et «Encore», la Jurassienne arrose de poésie ses mouvements, ses accents, ses pensées.

Big Zis jongleuse de mots, rappeuse de l’improvisation ou encore Erika Stucky, fée d’associations musicales inédites, jongleuse entre ses origines valaisannes et américaines, prouvent que la scène musicale suisse peut faire saliver d’envie…

Theater Spektakel: tiens, l’impression d’être en suspens. Et d’y prendre goût.
(AF - 19/07/2017)