→ LIVRES/IDÉES

LE FERMOIR EN BIJOUTERIE

fermoir en bijouterie 4000 ans histoires par anna tabakhova couverture hd 280

IMG 0922 Livre Histoire du Fermoir par Anna Tabakhova photo Julia Tabakhova 280
Photos: Julia Tabakhova

 

 


LE PREMIER LIVRE À S'INTÉRESSER AU SUJET

Questions: Aux arts etc.


«Le fermoir en bijouterie, 4000 ans d’histoires»
«Clasps, 4,000 years of fasteners in jewellery»
Auteure: Anna Tabakhova

Editions Terracol editions-terracol.fr

Le livre est en vente à la librairie du Landesmuseum Zurich qui est le seul lieu à présenter le livre en français et en anglais.


→ PRINT

Q: «Anna Tabakhova, vous venez de faire paraître un livre magnifique sur le fermoir en bijouterie dans lequel vous retracez plus de 4000 ans d’histoires avec un petit «s». D’où vous est venu cet intérêt pour ce mécanisme que l’on oublie souvent de regarder? Et quelles histoires avez-vous eu envie de nous raconter à son propos?

R: C'est à partir de ma propre collection de bijoux basée sur le fermoir interchangeable que j'ai
documenté cette étude. Pendant 10 ans j'ai collecté des informations sur le fermoir et, en 2013, le Musée des Arts Décoratifs de Paris m'a invitée pour une conférence. Le public était si nombreux que cela m'a décidée à faire un livre. A ma grande surprise, il n'existe pratiquement aucun livre, aucune étude, aucune brochure, aucun manuel sur le sujet. J'ai voulu couvrir la plus large période et le plus grande zone géographique possibles. C'est donc 4700 ans et 30 pays qui sont représentés.

Q: Dans votre livre, vous faites la part belle aux photos. Il y a d’abord l’objet photographié, auquel vous
ajoutez parfois un croquis pour en expliciter le mécanisme puis vient le texte.

R: Il faut dire que nous avons choisi de publier dans notre propre maison d'édition (maison d'édition familiale avec mon compagnon Christian Désagulier et notre fille Julia qui est zurichoise). Nous avons donc pu intégralement gérer la conception et la réalisation du livre, c'est Julia qui - en particulier - est l'auteure des idées graphiques telles que la couverture et le fil historique présent à chaque page. J'ai voulu de grandes photos, 22 musées sont représentés, la moitié a ouvert ses vitrines et j'ai pu réaliser des prises de vues inédites des fermoirs et de leur fonctionnement. 28 croquis illustrent principalement le glossaire, qui fait suite à 5 millénaires de repères chronologiques. Certains fermoirs n'avaient pas été dessinés depuis un demi-siècle!

Q: A qui s’adresse ce livre? Où souhaitez-vous qu’il se trouve, sur l’établi des orfèvres et des étudiants en bijouterie, sur la table du salon de l’amateur de bijoux, dans la bibliothèque du curieux?

R: J'aime cette question... Et je vais citer un lecteur: «c'est une recherche historique doublée d'un manuel pour le professionnel dans l'écrin d'un beau livre d'art».
D'ailleurs le livre a été classé 2 fois en tête des beaux livres bijoux en 2016 et 2017. A côté des 356 illustrations du livre reprenant les fermoirs organisés chronologiquement et fonctionnellement (tel le fermoir- pendentif), on trouvera 9 études spécifiques dont l'origine de la boîte-cliquet (le fermoir le plus connu), origine que j'ai pu découvrir grâce au Victoria et Albert Museum de Londres.

Q: Vous rentrez d’une série de conférences aux Etats-Unis où le livre marche très bien. Pourquoi cet appétit américain sur un tel sujet?

R : Il faut dire que le livre a rencontré un accueil remarquable dans le monde entier, il est déjà expédié sur 30 pays! Il est paru en octobre 2016 en français et en janvier 2017 en anglais. Les conférences aux USA se sont mises en place très rapidement, de manière parfois informelle dans des plannings déjà bâtis. Il y a une grande curiosité pour le bijou aux Etats Unis, et c'est le premier et seul livre sur le fermoir. Ces conférences ont été un vrai plaisir (ici, un extrait de l'une d'elle).

Q: Avez-vous découvert en Suisse un bijou au fermoir particulièrement ingénieux ou adapté à une situation? Quels objets suisses figurent dans votre ouvrage?

R: A propos de la Suisse, je voudrais dire que j'ai rencontré
un accueil remarquable. D'une part
au Landesduseum à Zurich, d’autre part avec Catherine Devincenti, journaliste, qui a de suite publié un
article dans Gold'Or (le magazine suisse de la profession), ouvrant des opportunités sur Genève avec des joailliers, gemmologues, institutions.
Il y a deux  bijoux suisses aux fermetures remarquables dans le livre. D'une part le Trésor d'Ertsfeld, qui illustre une étude sur 2000 ans de fermeture de torcs; 7 anneaux de cou et de poignet du IVe s. av. J.-C. ont un système de fermeture extrêmement sophistiqué et aucun autre specimen n'est connu à ce jour. D'autre part le Halsbätti mit Röslistücken von Nidwaldner, du XIXe s. qui illustre une autre des 9 études, portant sur les fermoirs-pendentifs d'Europe du Nord.

Q: Vous sortez de l’exposition du Musée National Suisse, qu’en avez
-vous pensé?

R: Cette exposition est
remarquable dans sa conception et sa réalisation. Sa conception basée
sur «matériaux/savoir-faire/art» est très pertinente dans son cheminement, la réalisation est
magnifique, qui conjugue
le plaisir des yeux et l'accès à l'information. C'est aussi ma conception: le plaisir et le savoir.
J'ai adoré en particulier voir les quatre magnifiques Halsbätti et apprécié la diversité des matériaux classés par type ainsi que la sélection des bijoux traditionnels des divers cantons suisses et les créations du XXe s. et contemporaines.»

29 juillet 2017