→ SCÈNES

LE FESTIVAL NACÉO

Festival Naceo 1

EN BREF:

Mardi 5
19:15 : Ze Numa show: de la poésie!
20:45 : Miss Galway

Mercredi 6
14:00 : Atelier-Théâtre
19:30 : Miss Galway
21:15 : La Nevera

Jeudi 7
19:30: Point de suspension
20:45: Panic Room

Vendredi 8
19:15: Miss Galway
21:00: Amour sauvage

Samedi 9
10:00: Atelier-Théâtre
13:00: Macbeth
14:00: Roméo & Julliette
16:00: Othello
18:30: Amour sauvage
21:00: Les Feluettes

Dimanche 10
10:00: Atelier-Théâtre
13:00: Macbeth
14:00: Ze Numa show
15:15: Le Frigo
17:00: Miss Galway

LES PARTICIPANTS:
Marie Burckhardt
Laura Flament
Timothée Beckert
Sebastian Bossero
Alex
Axel Arnault
Laurent Mère
Rouslan Kats
Claire Chave
Olivier Sanquer
Xavier Petrignani
Tatiana Paetrow
Manu Berra
Simon Guirriec
Sébastien Pruvost
Geoffroy Mathieu
Angèle Quenette
Laurent Batiste
Amandine Favier
Numa Vittoz

 


TROIS QUESTIONS À...

Questions: Sandrine Charlot


Les infos dans notre agenda avec le descriptif de chaque pièce!

Et ici le flyer

Le festival Nacéo a lieu du 5 au 10 décembre au Theater Stok, dans le centre de Zurich

Questions au metteur en scène Olivier Sanquer (OS) et à deux des comédiens, Sébastien Pruvost (SP) et Alex (A).


→ PRINT


«LE THÉÂTRE, SCÈNES DE VIE ET ZONE D'INCONFORT...»

SCZ: Pourquoi ce festival de théâtre à Zurich la semaine prochaine?

OS et SP: Parce qu'on avait envie de faire une folie! On avait la possibilité d'avoir un théâtre pendant une semaine, on s'est dit, au lieu de faire une seule pièce, on va jouer toutes les pièces sur lesquelles on a travaillé au cours des dernières années.

Et puis, on aime bien travailler  dans l'urgence et là, c'est la super urgence. On présente onze pièces en parallèle, mais aussi trois ateliers. Et les ateliers ne marchent pas mal, il y a déjà beaucoup d'inscriptions. Sébastien est dans quatre pièces par exemple, même s'il a dû abandonner à contrecœur son rôle dans «Roméo et Juliette».

SCZ: De quel courant de théâtre vous sentez-vous proches?

OS: Le théâtre «In yer face» de Sarah Kane, d'Anthony Neilson, de McDonagh etc. Ce sont des textes très malléables, il est possible de changer les références, de les  contextualiser. On peut les malmener, les profaner presque. J'aime bien prendre des pièces noires - la prochaine sera peut-être «4.48 Psychosis» de Sarah Kane - et les enfoncer dans la vie. «Le frigo» de Copi est une pièce très sombre, mais on la joue d'une façon flamboyante. Il me semble qu'il faut prendre le texte et le public à contre-pied.

SP: Oui, Olivier me dit d'aller dans l'antinomie, de dire des mots violents avec douceur et des mots doux avec violence.

A: Ce sont des scènes de vie, des textes très modernes qui sont très agréables à jouer. Parce que le théâtre, c'est essayer de sortir des règles qui nous régissent.

SCZ: Justement, pourquoi ce choix de pièces, Shakespeare, mais aussi les autres?

OS: Il y a un dénominateur commun à toutes ces pièces, c'est la violence. Parfois même la folie. On présente des pièces qui ont du rythme, qui sont très physiques, exubérantes même. Il faut qu'il y ait du contact, de la bataille, de la vie. Le théâtre est encore un endroit où l'on peut secouer les gens. Le fait même de venir au théâtre est un acte d'inconfort. Si tu restes chez toi, tu peux regarder «Games of throne» sur netflix et tu peux zapper. Et là, au théâtre, tu ne peux pas zapper, tu es mal assis en général.

SCZ: Le théâtre est une zone d'inconfort?

OS: Oui, se déplacer, c'est déjà un acte militant. Le spectacteur vient et il ne sait pas exactement ce qu'il va  voir. En fait, il se met en danger.

SCZ: De façon générale, comment travaillez-vous chez Nacéo?

OS: Nous sommes une grande équipe, pas loin de 20 personnes. Nous répétons parfois tard le soir, mais aussi le week-end. A Zurich, mais pas seulement. Nous sommes très flexibles, nous étions à Paris samedi et dimanche par exemple. On fait un peu du théâtre à l'arrache et en nomades. Nos comédiens sont éparpillés dans plusieurs pays.
Après Zurich, nous jouerons nos deux pièces de Shakespeare («Roméo et Juliette» et «Othello»),  à Paris au Théâtre Clavel en janvier.
(SCZ - 27/11/2017)