→ CINÉMA

MOI, DANIEL BLAKE

i daniel blake artwork 4 15x5 93cm 300dpi 6187

i daniel blake lobby 5 93x3 95cm 300dpi 6177

i daniel blake lobby 5 93x3 95cm 300dpi 280


LE COEUR DU PROBLÈME

Texte: Laurence Hainault-Aggeler


Au Lunchkino du 2 AU 7 décembre 2016, au cinéma Le Paris
Puis en salles en Suisse alémanique à partir du 8 décembre 2017


→ PRINT


Le monde se virtualise. Celui qui  fonctionne uniquement en prise directe avec la réalité, risque de se retrouver dévalorisé, affaibli, marginalisé, voire exclu. Tel est le drame de Daniel Blake.
Ce menuisier anglais de 59 ans est un manuel habile, apprécié par son employeur et doué au point de réaliser à son compte de petits chefs d'œuvre d’ébénisterie. Mais un beau jour, surviennent les problèmes cardiaques. Mis en arrêt maladie par son médecin, il doit faire appel à l’aide sociale pour la première fois de sa vie, tout en se voyant signifier l’obligation d’une recherche d’emploi sous peine de sanction. Un paradoxe que les employés robotisés du «job center» ne l'aident pas à résoudre.

Dans ce bureau, juste après avoir tenté de remplir en ligne un formulaire obligatoire, Daniel va croiser Katie, mère célibataire de deux enfants. Elle aussi vit l’absurdité. Contrainte d’accepter un logement à 450 km de sa ville natale pour ne pas être placée en foyer d’accueil, elle se retrouve déracinée, loin des siens et condamnée à la solitude et au chômage. Les aberrations administratives provoquent des humiliations répétées. Pour survivre, la lutte est acharnée. Renoncer? Non. Daniel et Katie vont s’entraider avec un courage mêlé de résignation. Ils finiront par trouver une solution… ou presque.

Victimes du système social malgré eux, ces deux êtres déterminés sauvent au moins leur dignité, leur intégrité, un certain sens de l'humanité. C’est avec la gorge bien serrée que vous quitterez la salle!
Grâce à ce film franco-britannique touchant, basé sur un scénario de Paul Laverty, Ken Loach a gagné pour la deuxième fois, la Palme d’or de Cannes et le Prix du public à Locarno. Rien de plus mérité.
(LHA 1-12-2016)