→ SCÈNES

MYOUSIC DE DIMITRI DE PERROT

DimitridePerrot MYOUSIC 5 280© Augustin Rebetez

 


UNE FORÊT DE NÉNUPHARS PEUPLÉS DE LUCIOLES

Texte: Sandrine Charlot Zinsli


Gessnerallee 8
CH-8001 Zürich
www.gessnerallee.ch

Billets: 16 francs

Du 12 au 18 janvier 2017 à la Gessnerallee, à Zurich puis en tournée.

L'info dans notre agenda

Le site de la Compagnie


→ PRINT


Pas de comédiens sur scène dans ce spectacle de Dimitri de Perrot, juste de la musique et un espace où elle se déploie. Loin de se réduire à la scène, le son est partout, il sort de la boîte à percussions où se cache Julian Satorius, mais s'échappe aussi de tulipes rouges géantes et mobiles, éparpillées au milieu des spectateurs. De ces fleurs-réverbères un rien coquines s'élèvent des rires et des cris, des applaudissements, des marques d'admiration parfois joliment  orgasmiques. La bande-son enveloppe, évoque et provoque. On pense à Jérôme Bel, lorsque l'on se retrouve plongés dans l'obscurité, confrontés à la respiration et aux réactions du public. 

Cette bande-son est un peu la mémoire de dizaines de spectacles et de leurs coulisses, elle a enregistré les portes qui claquent, les parquets qui grincent, les pluies qui s'abattent sur un toît de verre, les cœurs qui battent un peu trop fort et la respiration qui s'accèlère. Et même quelques commentaires, pas seulement élogieux. Toujours est-il qu'elle aiguise notre perception et donne du grain à moudre à notre imagination: car c'est à nous d'ajouter des images ou des récits. 

C'est souvent d'une beauté rare: on est même étonnés du résultat que peuvent provoquer sur nous la vue d'une forêt de cymbales, comme autant de nénuphars, habités de lucioles dansantes. Le batteur Julian Sartorius sort peu à peu de son confinement. Mais notre regard se porte surtout sur le jeu des baguettes, la multiplicité des nuances, l'humour qui peut s'en dégager. Cela tourne au concert vers la fin, comme si les éléments se déchaînaient. C'est presque un peu dommage, cela nous sort d'une certaine magie pour nous ramener vers le réel. Les portes de la perception se referment doucement. On nous montre la sortie. C'est fini!  (SCZ 15.01.2017)