→ LIVRES/IDÉES

NOTRE-DAME

NOTRE DAME 280

 

 


LA LITTÉRATURE, UN LIEU DE PARTAGE INDESTRUCTIBLE

Texte: Laurence Hainaut Aggelert


Notre Dame. Une anthologie de textes d'écrivains.
Le patrimoine littéraire défend le patrimoine architectural.

Les bénéfices seront reversés en totalité à «rebâtirnotredamedeparis.fr»

Editeur: Le Seuil/Seuil Jeunesse/L'Olivier/Points/Pointdeux
Prix de vente au public (TTC): 5 €
96 pages, ISBN 978-2-7578-8115-6


→ PRINT


RÉMINISCENCES AFFECTIVES

Craquement intime, fissure profonde, subite, le 15 avril dernier notre âme partait en fumée. Les réminiscences affectives nous submergeaient: promenades parisiennes interminables à l’ombre de cette splendeur architecturale, heures de flânerie sur les quais à contempler la flèche de la cathédrale, pointée vers nos rêves. Lorsqu’un monument résiste à huit siècles de fléaux, l’homme semble capable de créer l’indestructible. Et pourtant… si les guerres et les révolutions ont épargné Notre-Dame, un mégot oublié et la voilà dévorée sans pitié par le feu, enchâssée dans des échafaudages inutiles, insolites.

VIVRE L'ÉVÉNEMENT EN RÉUNION

Puis notre douleur s’est approfondie pour rejoindre le sentiment universel. Mais pourquoi tant d’émotions étrangères? Pourquoi les touristes pleuraient-ils? Pourquoi le monde entier envoyait-il des messages de sympathie? Pourquoi la foule toujours plus dense se pressait-elle sur la rive gauche de la Seine? Bien sûr, l’incendie nous démontrait une fois de plus que rien ne résiste au temps, ou à la violence des éléments naturels déchaînés. Le spectacle terrifiant en valait la peine. Mais ce mouvement spontané exprimait surtout le besoin de vivre l’événement en réunion... Au-delà du chef-d’œuvre artistique et du symbole religieux, Notre-Dame est le cœur d’une ville dont tout le monde rêve et que beaucoup ont visité. Au-delà de la notion patrimoniale, ce monument fut reconnu comme un lieu de partage culturel mis en danger.

LE VAISSEAU A RÉSISTÉ

Aujourd’hui le feu est éteint, les dons affluent, la reconstruction s’organise. Certes, la charpente médiévale est détruite, une forêt de chênes a disparu et la coquille reste vide, son autel dérisoire et superbe à la fois, isolé au milieu des décombres. Mais, l’apparence est sauve: les tours intactes se dressent encore face au parvis, les arches descendent toujours en volutes jusqu’aux rives du fleuve. Le vaisseau a résisté même si un pan de l’histoire vient de s’écrouler. De nombreux citoyens se consolent en vantant les miracles de technicité déployés pour réparer les dégâts. Ils gardent pourtant le ressenti d’une angoisse palpable impossible à balayer. Les médias ont fait sensation. Maintenant le silence s’installe, la résignation aussi, alors que tous, nous avons pris conscience de notre vulnérabilité.

UNE LITTÉRATURE POUR REBÂTIR

Heureusement que la littérature existe, elle prend le relais. Tant d'ouvrages ont mis Notre-Dame de Paris en scène! Ils se retrouvent en rupture de stock. Parmi les plus grands, le roman de Victor Hugo bien sûr, mais aussi les écrits de Guillaume Apollinaire, de Louis Aragon, de Gérard de Nerval, de George Sand, d’Émile Zola… Une idée a jailli au Ministère de la Culture, une anthologie fut créée à la vitesse de l’éclair. Un très beau sous-titre: «Le patrimoine littéraire défend le patrimoine architectural». Les bénéfices seront reversés en totalité à «rebâtirnotredamedeparis.fr». La littérature resterait-elle le lieu de partage indestructible de notre imaginaire, plus forte que les monuments? En tous cas,  il y a deux bonnes raisons de glisser ce livre dans vos valises.

(L.H.A _ 12 Juin 2019)