→ CINÉMA

PICCOLISSIME

jonone1 280
Le disque de la musique du film...

Un clip: https://www.youtube.com/watch?v=WnywcqlEbfg

A propos de Zurich: Michel Piccoli dans «Espion, lève-toi!», tourné à Zurich en 1982, un film d'Yves Boisset avec Lino Ventura etc.
L'info sur le site du xenix: https://www.xenix.ch/programm/februar-2011/lino-ventura-mann-von-format/espion-leve-toi/2011-02-22T21:15:00

 

 


NOUS OUVRONS NOS ARCHIVES POUR RETROUVER MICHEL PICCOLI À ZURICH

Texte: Dona Carlotta


Le Filmpodium: la cinémathèque de Zurich: ici





→ PRINT


Lundi 18 mai 2020, nous apprenons la disparition de Michel Piccoli. Or, il y a une quinzaine d'années, l'acteur-comédien était venu à Zurich pour jouer Tchékhov, mis en scène par Peter Brook et avait rencontré les spectateurs au Filmpodium qui lui consacrait une petite rétrospective. Voilà ce que Dona Carlotta écrivait sur notre site.

...........................

C'était vendredi soir, c'était à Zurich, c'était au Filmpodium et c'était «bouleversant»!

PICCOLISSIME
C'est étrange, avec certaines personnes, il n'y a jamais overdose. Seulement émerveillement. Avec Michel Piccoli, c'est comme cela. Il en fait très peu, il est juste là, et il joue sans surjouer, et nous, nous ne pouvons pas nous empêcher d'employer et même d'inventer des superlatifs...
 
Lorsqu'il est arrivé au Filmpodium hier soir après la projection de «Max et les ferrailleurs», c'était un peu comme dans un des films de Woody Allen, quand les héros du grand écran en sortent et viennent se planter en face de vous. Quand ils se mettent à répondre aux questions, même les plus bêtes ou les plus insensées sans sourciller.

Il est donc entré hier soir dans la salle de la Nüschelerstrasse, le regard franc et le sourcil dru. Et   c'était un peu comme si tous nos souvenirs de lui s'avançaient en même temps. Après avoir crevé les planches du Schauspielhaus, il est arrivé et il n'avait même pas l'air crevé, juste radieux. Il a su trouver le ton juste pour s'adresser au public venu nombreux et sans doute conquis d'avance. Il a réussi à nous faire rire et à éviter le one-man-show. Très à l'aise devant le public, on voyait qu'il savourait ce moment et cette rencontre, symbole d'une vie cinématographique bien remplie et de la justesse des choix qu'il a faits. Un homme élégant dans tous les sens du terme: élégant dans ses réponses, dans son respect de l'autre, dans sa tenue et son expression.
 
Comme il le dit sur scène quand il interpréte les magnifiques lettres d'Anton Tchekhov à Olga dans la pièce «Ta main dans la mienne» mise en scène par Peter Brook, il n'y a rien de pire que la fausse modestie. Alors, hier soir, il a assumé une carrière qu'il estime - à juste titre - plutôt réussie.
 
Alors merci au Filmpodium et à tous ceux qui nous ont permis de rencontrer d'un peu plus près cette légende. Romy Schneider, sa partenaire à plusieurs reprises était une femme fragile et «bouleversante» nous a-t-il dit hier. Eh bien, pour nous aussi, hier, ce fut bouleversant de vous rencontrer Monsieur Piccoli et de vous entendre parler de vos projets et de la suite de «Belle de jour».
 
Car quand vous avez surgi de l'écran, nous sommes tous devenus de petites midinettes. Nos cœurs se sont mis à battre à tout rompre et nos genoux à danser même sans musique. Nous nous sommes fait notre petit scénario dans la tête et nos violons intérieurs ont entamé le premier mouvement: Piccoli adaggio con molta ammirazione!
 
 Zurich, le 22 janvier 2005