→ LIVRES/IDÉES

S'EMPRESSER DE SOURIRE...

jonone1 280

 

 


FABRICE CARO: DISSIDENT, DÉSABUSÉ... ET DRÔLE!

Texte: Laurence Hainault Aggeler


Nous sommes à la recherche du sourire en ce début 2021. Voici le premier résultat de notre quête... existentielle! On avait beaucoup ri en lisant son roman précédent: «Le discours».

«Broadway» de Fabrice Caro, paru en août 2020, 193 pages

NDLR: A voir aussi, une vidéo enregistrée à la Maison de la poésie à Paris: Fabcaro invite Blanche Gardin et Pascal Sangla


→ PRINT


Le quatrième de couverture s’avère éloquent: «Roman doux-amer souvent hilarant, hymne aux inadaptés de l’existence». Fabrice Caro y est présenté comme «Le prince de l’humour absurde et mélancolique». Et le titre «Broadway» se réfère à la comédie musicale du spectacle scolaire de fin d’année, le pensum des parents studieux dont Axel fait partie. À noter que le héros ressemble à Fabrice comme un petit frère.

LA «GRAND-ROUTE» QUE NOUS RÊVONS TOUS D'EMPRUNTER
«La musique à fond dans les oreilles, et je retrouve la liberté du jour où j'ai eu mon permis de conduire …(avec) … cette sensation d'échapper à tout, ce souffle, exempt de toute amarre, de toute contrainte, sentir que tout est possible, et les panneaux défilent comme autant d'invitations à bifurquer, à prendre la tangente, sortir du bouchon, voyager léger, pisser sur les bords, voir le matin calme se lever sur les murs jaunes des quartiers, et les heures seront des espaces ouverts, crochets tournés vers l'extérieur, et tout aura la saveur des premières fois …»

UNE ANALYSE FINE ET MOQUEUSE
Axel est un dissident fantasque, en marge de sa famille trop contemporaine, de son milieu français moyen, de ses collègues touchants de médiocrité sympathique. Et sa marginalité lui permet une analyse fine et moqueuse des travers de notre époque: les vacances «sportives» alors qu’on déteste le sport et la compagnie d’amis plus ou moins choisis, les apéros corvées entre voisins de lotissement, les discussions ratées avec des adolescents égocentriques, les réponses évasives au récit du copain frustré, toujours à l’affût du moindre signe de reconnaissance amoureuse. Axel se débat comme il peut. Submergé par les détails, il s'interroge souvent, remet tout en question.

DÉBOUSSOLÉ
Seul un passé joyeux laisse filtrer une promesse de bonheur possible à retrouver. Mais le courage manque et sur un fond d’angoisse réelle, celui du cancer menaçant, Axel préfère rire de ses défauts. Il décrit ainsi ses efforts pour montrer son attachement avec une vraie gaucherie des gestes et du discours. Voilà tissé en de courts chapitres, le canevas d'un presque cinquantenaire déboussolé...

TOUT EST FOIREUX PAR ESSENCE
Fabrice Caro pose un regard décalé sur les situations banales, quotidiennes puis il les fait déraper et elles deviennent absurdes. Car après tout rien ne se passe jamais comme on l’avait prévu. «Tout est foireux par essence (même si) on continue à se persuader qu’atteindre son but est la règle et non l’exception». Désabusé? L’essentiel est de savoir en sourire et Fabrice Caro possède ce don précieux.

L.H.A 01/2021