→ SCÈNES

NIEMANDSLAND

Une performance de Dimitri de Perrot

DU 7 AU 11 JUILLET 2021

• THEATER GESSNERALLEE ZH



Gessnerallee 8
CH-8001 Zürich
www.gessnerallee.ch

Loop de 60 minutes. Qui commence au début de chaque heure

Billets: 35.-, 25.-, 15.-


vintage

En savoir plus: http://www.dimitrideperrot.com/

«Que se passe-t-il quand rien ne se passe, qu’est-ce qui résonne quand on ne parle pas? Installation sonore, concert libre et sculpture, NIEMANDSLAND propose une expérience immersive aux confins de nos existences. Une «discothèque du quotidien» dans laquelle Dimitri de Perrot mixe la bande-originale de nos vies, que l’on prend trop peu souvent la peine d’écouter.»
Le Centquatre, Paris

 


Une performance de Dimitri de Perrot

NIEMANDSLAND
Eine Reise zu dem, was zwischen uns liegt /Un voyage vers l'entre deux

NIEMANDSLAND est un espace d'immersion, dans lequel évolue librement le public. Le paysage sonore est une sorte de disco du quotidien, un lieu qui invite à se laisser aller à la surprise, à la réflexion et à l'inspiration. 

Un nomadsland, c'est un espace qui se trouve entre. Entre des lieux bien définis, un peu comme une friche.

Dimitri de Perrot s'intéresse aux qualités du nomadsland comme espace de liberté. Il n'y pas de places numérotées, pas de scène, pas de comédiennes ou de comédiens. Il n'y a que le son, l'espace et le public.
Le jeu naît de la présence des spectateurs et de ce qu'ils sont prêts à expérimenter et à ressentir. 

En savoir plus: https://www.gessnerallee.ch/de/event/477/NIEMANDSLAND

Publié le 21 mai 2021

CE QU'ON EN PENSE
Lors de ce bain sonore d'une heure, nous évoluons dans la pénombre entre plusieurs îles. Chacune d'elle raconte ses propres histoires à nos oreilles sensibilisées: il y a des grincements, des trains qui passent, il se peut qu'on sursaute quand les portes claquent. Mais aussi toutes sortes de voix, à diverses heures de la journée, un piano qui joue tout seul, des mélodies apaisantes, des chasses d'eau et des baillements mais aussi des vagues par mauvais temps. Et un dance floor...sur lequel personne n'ose danser.

Nous sommes les auditeurs déambulants sur la scène, devant le rideau scintillant. Nous faisons notre petit cinéma dans nos têtes. Ne nos est donnée que la bande-son et quelques images en flash. Reliés les uns aux autres, mais aussi étrangement solitaires. Seul un enfant dans le public explique ce qu'il ressent et cherche la lumière: il s'installe dans le rideau baigné de bleu de l'entrée pour danser. Tous les adultes restent dans l'ombre, muets, en territoires terriblement connus et néanmoins un peu étrangers.

Au bout d'une heure, quand le DJ reprend sa place derrière ses platines, ne laissant apparaître que ses mains agiles, nous quittons l'archipel, éblouis par le soleil du dehors et étourdis par le brouhaha de la rue.

07/07/2021