→ LIVRES/IDÉES

GLORIA VINYL

gloriavinyl 280

Gloria est artiste, pas chanteuse comme son nom pourrait le laisser penser, mais vidéaste et photographe. Ce récit est aussi un joli portrait du monde culturel actuel. Tout comme cette couverture dont la photo renvoie à la magnifique exposition de Sophie Calle au Musée de la chasse et de la nature, les personnages évoluent dans un monde où la magie du rêve et le sens du merveilleux permettent d'affronter la  dureté du réel.

 


L'ÉTRANGE ET LE MERVEILLEUX ANCRÉS DANS LE RÉEL

Texte: Sandrine Charlot Zinsli


Le livre sort le 4 février 2021 chez Zoé.

Rose-Marie Pagnard vit aux pieds des montagnes jurassiennes. Elle a écrit de nombreux romans aux titres plus beaux les uns que les autres, comme par exemple:

«Dans la forêt la mort s’amuse», 1999, Actes Sud. Prix Schiller.
«J'aime ce qui vacille», 2013, Prix suisse de littérature.
«Jours merveilleux au bord de l'ombre», 2016.

Le documentaire de Claude Stadelmann «Des ailes et des ombres» portant sur le travail de Rose-Marie Pagnard et de son mari, le peintre, René Myrha, devrait sortir en Suisse alémanique cette année.


→ PRINT


NÉE POUR ÊTRE HEUREUSE
Gloria Vinyl est vidéaste et photographe. La jeune femme vit avec sa tante Ghenya depuis vingt ans dans une ville à arcades et fontaines dont le nom n'est jamais prononcé. Rose-Marie Pagnard raconte avec une incroyable délicatesse l'une des périodes clefs de la vie de Gloria, «née pour être heureuse» mais dont l'enfance semble entâchée d'un événement dont elle seule, la plus jeune d'une grande fratrie, ne se souvient pas. Ses «foutus frères» sont bien décidés à la mettre face à la réalité d'un crime qui n'existe peut-être que dans leur imagination. 

LE RÉEL ET LE MERVEILLEUX
Le récit est à la fois totalement ancré dans le réel et l'époque actuelle et d'une grande finesse d'observation, mais aussi emprunt de merveilleux et d'étrangeté. Ainsi Rafi, le gardien du Museum d'histoire naturelle quasi abandonné et bientôt détruit, est un «survivant» qui vit sur un matelas dans quelques métres carrés. Il a vu sa famille noyée sous ses yeux. Et participe à l'enfouissement des animaux du Museum avant la destruction du bâtiment. Si la tragédie des migrants nous parvient, elle est uniquement évoquée par bribes ou par flash.

LA LANGUE EST MAGNIFIQUE d'originalité et de précision. Les phrases se savourent doucement, on a envie de laisser fondre lentement en nous la douceur qui s'en émane, notamment celles qui relatent la rencontre amoureuse. Arthur et Gloria «se remplissent de lumière». En entendant la voix de l'homme à l'allure d'ours, «le cœur lui bat dans les oreilles». «Sa voix est comme un petit doigt de velours»... Tous les sens sont en émoi. L'ENTRÉE EN AMOUR est superbement décrite. 

La MUSIQUE traverse le roman de Lo & Leduc à Sophie Hunger tout comme la LITTÉRATURE. C'est dans les livres que la tante Ghenya puise une partie de la sagesse dont elle fait preuve en tant qu'ange gardien. D'ailleurs les anges sont multiples dans ce conte contemporain et ils veillent. Tous les arts sont convoqués, de la danse à la peinture. Arthur est peintre, il sauve le musée de l'oubli en peignant de façon hyperréaliste toute cette arche de Noé en voie de disparition que Gloria, par ses photographies, projette vers l'avenir. Le peintre et la photographe vont bien ensemble, chacun a son langage mais chacun fait entrer la vie dans ses œuvres pour transmettre aux autres.

OUBLI, FOLIE... ENCHANTEMENT
De grandes questions sont abordées, notamment celle de la mémoire et du traumatisme. Lorsque les personnages interrogent, cela fait échos en nous. De quoi doit-on se souvenir? Y-a-t-il des choses qu'on doit s'empresser d'oublier? Peut-être faut-il tout simplement comme le dit Rafi «laisser les choses arriver toutes seules». Arthur, Till, le professeur Ambühl... tous les personnages ont un petit grain de folie ou une obsession, une pièce manquante qu'ils trouvent sans la chercher. Ce livre est un enchantement!

SCZ- 21/01/2021